Christophe Kaempfer, architecte

Originaire de la région de Haute Argovie, je suis arrivé à Lausanne en 1984 pour suivre des études d’architecture à l’EPFL.

Diplôme en poche, j’ai travaillé dès 1990 dans différents bureaux à Lausanne, Fribourg et Berne.

En 1996, je me suis mis à mon compte et me suis associé deux ans plus tard à Jean Rotzer sous l’enseigne de aec-architectes. Depuis 2002, mon bureau est situé à Vauderens.

Constructions et agencements d’espaces commerciaux, stands d’exposition, gestion et planification d’espaces de travail, constructions rurales et artisanales, et, bien sûr, habitations individuelles et collectives font partie de notre domaine d’activité.

Tous nos projets, intègrent dès le début des aspects énergétiques et écologiques.

Les premières discussions et esquisses du projet du Fort de Chillon remontent à 2015.

Faire resurgir un acteur historique de son passé enfoui autant dans les méandres du secret que dans les profondeurs de la montagne, et pouvoir le mettre en valeur pour le présenter à un large public, voilà un magnifique défi pour un projet qui l’est tout autant.
Toutefois, l’expression «il faut donner du temps au temps» n’aura peut-être jamais été aussi idoine, tant les soucis et contraintes pour pouvoir lancer ce projet, obtenir les autorisations administratives et autres accords ou encore trouver des solutions aux problèmes techniques auront été nombreux. Mais il en fallait plus pour éteindre la motivation de l’équipe du maître de l’ouvrage, dont l’énergie porte littéralement le programme.

A l’image de la collaboration avec toute l’équipe de scénographes, muséographes, techniciens audio-vidéo et autres spécialistes, d’ailleurs. Voir cette multitude d’idées nées d’imaginations débordantes se concrétiser à l'intérieur de la structure rigide et lourde du Fort est aussi impressionnant que passionnant.

Christophe Kaempfer,
Architecte, aec architectes, Vauderens

Top